Portrait de Diane Martin, Artiste peintre

Dolbeau-Mistassini
418 276-1457
[email protected]

Membre des Artistes et artisans en arts visuels de la MRC de Maria-Chapdelaine

Diane Martin est originaire de la splendide région du Lac-Saint-Jean, où le dessin a toujours occupé une place prépondérante dans son univers. En tant que peintre autodidacte, elle a enrichi ses compétences en suivant des cours avec divers maîtres et en participant à de nombreux ateliers de création.

Sa participation à plusieurs symposiums à travers la province ainsi que des expositions au Nouveau-Brunswick, à Toronto et à New-York à deux reprises ont contribué à diffuser ses œuvres, qui sont actuellement exposées à la Galerie mp tresart de Durham-Sud. Son travail a également été sélectionné pour figurer dans l’agenda d’Art 2017, Plumes et Pinceaux, et dans trois autres publications des éditions mp tresart : “Quand la poésie épouse l’art” paru en 2014, “Et si les mots parlaient” paru en 2016, et “Je vibre au tempo de…” paru en 2020.

En plus de sa carrière artistique, elle a fait partie du comité ayant contribué à l’élaboration de la politique culturelle de Dolbeau-Mistassini, et elle s’est impliquée dans les activités organisées lors des différentes Journées de la culture. Enfin, plusieurs de ses œuvres ont trouvé leur place dans des collections privées.

Depuis 2003, sa production artistique repose sur la recherche associée à la technique mixte. Elle est constamment en quête de textures obtenues par l’utilisation de papier teint, de fibres ou d’autres objets susceptibles de susciter des effets intéressants. Ces collages, fréquemment présents sur ses toiles, s’intègrent harmonieusement grâce à l’acrylique fluide.

Au cours des dernières années, sa démarche artistique a pris une nouvelle direction, se tournant vers le monde de l’abstrait. La recherche, focalisée sur des thèmes précis, stimule sa créativité et l’invite, à travers l’utilisation judicieuse de la couleur et des textures, à raconter une histoire unique sur chacune de ses œuvres.

La toile blanche devient ainsi une invitation à une aventure nouvelle, une exploration où, pour reprendre les mots de M. Guido Molinari lors d’une entrevue radiophonique, il s’agit d'”oser expérimenter, penser qu’on peut faire autrement, aller plus loin.” Cette philosophie résonne profondément en elle et guide son cheminement artistique.